Travel and border information for Norway in Norwegian / English

Traveling to Norway? - Register your arrival in our traveler registry
(About the registry)

Résolution sur l'accès humanitaire en Syrie adoptée après des négociations difficiles au Conseil de sécurité de l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté vendredi 9 juillet à l'unanimité la Résolution 2585 sur l'accès humanitaire en Syrie, prolongeant ainsi de 12 mois le mandat concernant la fourniture d'aide transfrontalière. Cela permettra à l'ONU et aux organisations humanitaires de continuer à envoyer une aide humanitaire vitale à des millions de personnes dans le besoin dans le nord-ouest de la Syrie.

« L'adoption de cette résolution par le Conseil de sécurité est d'une importance capitale pour les millions de Syriens qui dépendent de l'approvisionnement en nourriture, en eau et en médicaments fourni par l'opération humanitaire transfrontalière des Nations unies depuis la Turquie. Nous avons constaté une coopération productive entre les États-Unis et la Russie sur le texte de la résolution, et nous espérons que ce ton constructif aura également un impact positif sur le processus politique en Syrie », déclare la ministre norvégienne des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide. 

La Norvège et l'Irlande sont les porte-plumes du dossier humanitaire de la Syrie, et elles ont été chargées de mener les négociations qui ont abouti à l'adoption de la résolution.

« Nous avons travaillé en étroite collaboration avec d'autres pays au sein du Conseil de sécurité et de l'ONU. Il s'agit de la première résolution sur la Syrie à être adoptée à l'unanimité au Conseil de sécurité depuis décembre 2016 », poursuit Mme Eriksen Søreide. « Les négociations ont été difficiles. Nous avons travaillé dur pour obtenir un accord visant à prolonger de 12 mois l'autorisation du poste frontière de Bab al-Hawa, à la frontière nord-ouest de la Syrie avec la Turquie. La Norvège a cherché à étendre le champ d'application de la résolution pour autoriser l'utilisation de plusieurs points de passage frontaliers, compte tenu de la détérioration de la situation humanitaire due à la pandémie de COVID-19. Malheureusement, il n'a pas été possible de faire accepter cette proposition par tous les membres du Conseil de sécurité. »

L'opération humanitaire transfrontalière des Nations unies est le seul moyen d'acheminer l'aide humanitaire à la population dans le nord-ouest de la Syrie. Il n'existe actuellement aucune ligne d'approvisionnement ouverte depuis les zones contrôlées par le gouvernement vers cette partie du pays.

« La communauté internationale a l'importante responsabilité de s'assurer que l'aide humanitaire vitale atteigne la population en difficulté, dans le nord-ouest de la Syrie, où environ 3,4 millions de personnes ont actuellement besoin d'aide humanitaire. Parmi elles, environ 2,7 millions sont déplacées à l'intérieur du pays. Ces personnes sont déjà très vulnérables, et leur situation serait devenue encore plus difficile si les livraisons d'aide humanitaire avaient cessé », ajoute Mme Eriksen Søreide. 

Dans les situations de conflit, tous les civils ont droit à une aide et à une protection humanitaires. La Norvège estime qu'il est particulièrement important d'empêcher la politisation de l'aide humanitaire.

« Il est essentiel de veiller à ce que l'aide humanitaire parvienne à tous ceux qui en ont besoin, notamment les personnes vivant dans des zones échappant au contrôle du gouvernement. Les Nations unies et les autres organisations humanitaires doivent pouvoir accéder en toute sécurité et sans entrave aux personnes ayant besoin d'aide », déclare Mme Eriksen Søreide.

La guerre en Syrie entre maintenant dans sa onzième année. Plus d'un demi-million de Syriens ont été tués. Plus de 13 millions de personnes dépendent de l'aide humanitaire. Quelque 12 millions de personnes ont été contraintes de fuir leur foyer. La pandémie de coronavirus a encore exacerbé la situation humanitaire.

« La guerre en Syrie a engendré l'une des pires crises humanitaires de notre époque, et il est urgent de trouver une solution politique. La situation humanitaire extrêmement difficile constitue un terreau potentiel pour l'extrémisme et le recrutement de terroristes. Le conflit ne peut être résolu que par des négociations et des compromis politiques. Le travail effectué par l'Envoyé spécial des Nations unies, Geir O. Pedersen, pour trouver une solution politique inclusive est essentiel, et a notre soutien total », conclut Mme Eriksen Søreide.

 

Une aide humanitaire substantielle de la Norvège

La Norvège a versé plus de 15 milliards de NOK en aide humanitaire au cours des dix années qu'a duré la guerre en Syrie, ce qui en fait l'un des principaux donateurs aux efforts humanitaires en Syrie et dans les pays voisins. La crise syrienne représente le plus important effort humanitaire engagé par la Norvège. En 2021, la Norvège fournira un soutien d'au moins 1,6 milliard de NOK. La majeure partie de l'aide humanitaire de la Norvège est acheminée par l'intermédiaire des Nations unies, du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des organisations humanitaires norvégiennes.

 

Faits concernant la situation dans le nord-ouest de la Syrie :

  • Sur une population de 4,2 millions d'habitants, quelque 3,4 millions de personnes dans le nord-ouest de la Syrie ont besoin d'aide humanitaire.
  • 3,1 millions de personnes sont très dépendantes de l'aide humanitaire.
  • Il y a 2,7 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays qui vivent dans le nord-ouest de la Syrie.
  • Plus de 1,6 million de personnes déplacées à l'intérieur du pays vivent dans 1402 camps.
  • 1,5 million d'enfants dans le nord-ouest de la Syrie ont besoin de protection.

 

Communiqué de presse sur l'aide humanitaire norvégienne (en anglais) :

Toujours d’énormes besoins humanitaires en Syrie 10 ans après le début de la guerre