Travel and border information for Norway

Information in Norwegian / English

Le Gouvernement lance ‘’Longship’’ pour le captage et le stockage du carbone en Norvège

Dans un livre blanc présenté aujourd’hui par le Gouvernement au parlement norvégien, le Gouvernement propose de lancer un projet de captage et de stockage du carbone (CSC) en Norvège. Le projet a été nommé ‘’Longship’’, en norvégien ‘’Langskip’’.

« Longship est une étape importante dans l’industrie et les efforts climatiques du Gouvernement. Le projet permettra des réductions d'émissions et facilitera le développement de nouvelles technologies et donc, de nouveaux emplois », déclare la Première Ministre norvégienne Erna Solberg.

D'autres doivent suivre

Le Gouvernement propose de commencer par mettre en œuvre le captage du carbone dans la cimenterie de Norcem, à Brevik. En outre, le Gouvernement a également l'intention de financer l'installation d'incinération de déchets de Fortum Oslo Varme à Oslo, à condition que le projet garantisse un financement propre suffisant ainsi qu'un financement de l'UE ou d'autres sources.

« Pour que Longship soit un projet climatique réussi pour l'avenir, d'autres pays doivent également commencer à utiliser cette technologie. C'est l'une des raisons pour lesquelles notre financement est conditionnel, et subordonné aussi au financement d’autres contributeurs », ajoute Solberg.

Longship comprend également le financement du projet de transport et de stockage Northern Lights, un projet conjoint entre Equinor, Shell et Total. Northern Lights transportera le CO2 liquide des installations de captage vers un terminal situé à Øygarden, dans le comté de Vestland. De là, le CO2 sera pompé à travers des pipelines vers un réservoir sous le fond de la mer.

Petit à petit

Pendant de nombreuses années, divers Gouvernements norvégiens ont soutenu le développement technologique, des projets d'essai et des projets pilotes, et ils ont souligné l'importance du captage et du stockage du carbone en tant qu'outil climatique important au niveau international. Le Gouvernement actuel a suivi ces travaux et accompli des efforts ciblés sur le CSC depuis 2013.

 

« Construire au fur et à mesure en collaboration avec l'industrie a été important pour nous, afin d'être sûrs que le projet est réalisable. Cette approche a bien fonctionné et nous avons maintenant une base de décision. Longship implique la construction de nouvelles infrastructures, et nous préparons le terrain pour connecter d'autres installations de captage du carbone à une installation de stockage de carbone en Norvège. Cette approche est une politique climatique qui fonctionne », déclare la ministre du Pétrole et de l'Énergie, Tina Bru.

« Longship est le plus grand projet climatique jamais réalisé dans l'industrie norvégienne. Nous allons réduire les émissions, pas le progrès », ajoute Tina Bru.

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental des Nations Unies sur l'évolution du climat (GIEC), le CSC sera nécessaire pour réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre, conformément aux objectifs climatiques, au coût le plus bas possible. Il y a actuellement peu d'installations en service à l'échelle mondiale. Nous avons donc besoin de plus de projets qui permettent l'apprentissage et le développement technologique. À leur tour, ils aideront à réduire les coûts. Si le CSC doit devenir un instrument efficace de politique climatique, de nouvelles installations doivent être créées en Europe et dans le monde.

Une mesure climatique nécessaire

La Norvège s'est engagée à réduire ses émissions nationales de 50 à 55% d'ici 2030.

« Pour que le monde atteigne les objectifs auxquels nous nous sommes engagés avec l'Accord de Paris, nous avons besoin d'un captage et d'un stockage du carbone à grande échelle. Toutes les émissions ne peuvent pas être réduites en utilisant des énergies renouvelables. Dans plusieurs procédés industriels, comme la production de ciment, le CSC est la seule technologie capable de réduire les émissions. Avec Longship, la Norvège soutiendra le développement de solutions climatiques pour l'avenir », déclare le ministre du Climat et de l'Environnement, Sveinung Rotevatn.

La Norvège est bien placée pour contribuer au développement du CSC. Le pays dispose d'une solide communauté technologique dans le domaine de la capture, du transport et du stockage du carbone. Pendant des décennies, le développement et l'exploitation des projets de stockage de CO2 sur les champs de Sleipner et de Snøhvit ont démontré un stockage sûr du carbone sur le plateau continental norvégien.

« Des politiques climatiques efficaces doivent être des politiques industrielles positives. Grâce à Longship, le Gouvernement renforcera l'industrie norvégienne en permettant aux entreprises de répondre aux exigences climatiques du futur. Le projet est une contribution importante à la croissance verte, et il garantira et créera de nouveaux emplois dans l'industrie », conclut le ministre de l'Enfance et de la Famille, Kjell Ingolf Ropstad.

Longship facilite la poursuite du développement du CSC en Norvège et en Europe. Le projet a été mûri à un niveau requis pour une décision d'investissement, et la base de décision montre que toutes les parties du projet sont réalisables.

Le projet comporte également des risques. Pour que Longship ait l'effet escompté, un développement ambitieux des politiques climatiques en Europe est nécessaire. Les risques sont principalement liés à l'économie du projet, comme l'intégration technique des différentes parties du projet, la portée des projets suivants et les régimes de soutien nécessaires de l'UE et des pays individuels pour de tels projets. Ce qui n'est pas menacé, c'est la sécurité et l'intégrité de la solution de stockage du CO2.

25 milliards NOK

Les investissements totaux dans Longship sont estimés à 17,1 milliards NOK. Cela comprend à la fois Norcem, Fortum Oslo Varme et Northern Lights. Les coûts d'exploitation pour dix ans sont estimés à 8 milliards NOK. Le coût total estimé est donc de 25,1 milliards NOK. Longship bénéficiera d'une aide d'État conformément aux accords négociés. La part de l’État, pour ce qui est de ces coûts, est estimée à 16,8 milliards NOK.