Travel and border information for Norway in Norwegian / English

Traveling to Norway? - Register your arrival in our traveler registry
(About the registry)

Le gouvernement intensifie ses efforts sur l'adaptation au climat et la lutte contre la faim

« Produire de la nourriture devient de plus en plus difficile, et de plus en plus de personnes souffrent de la faim. Nous devons renforcer nos efforts pour nous adapter au climat. La nouvelle stratégie du gouvernement norvégien pour le climat, la faim et la vulnérabilité y contribuera », déclare le ministre du Développement Dag-Inge Ulstein.

2020 fut l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. Des conditions météorologiques extrêmes, les inondations et les sécheresses ont contraint 24 millions de personnes à quitter leur foyer en 2019.

« On compte 60 millions de personnes supplémentaires qui souffrent de la faim par rapport aux données d’il y a cinq ans à peine. Les personnes vulnérables et pauvres sont les plus durement touchées aujourd’hui par la pandémie et le changement climatique. Il ne s’agit pas seulement d’une crise climatique, mais c’est également une crise alimentaire, une crise touchant les réfugiés et les personnes déplacées, et une crise affectant leur protection. C'est la raison pour laquelle nous intensifions maintenant nos efforts concernant l'adaptation au changement climatique et la sécurité alimentaire, passant de 3,2 à 4 milliards de NOK », poursuit Ulstein (parti populaire chrétien).

Même si nous réussissons avec de fortes réductions d'émissions, il faudra du temps avant d'en voir les effets.

Les pays en développement demandent plus de financement climatique pour soutenir les mesures d'adaptation. L'aide climatique de la Norvège a toujours été à un niveau relativement élevé, et, comme la plupart des autres pays, nous avons mis l'accent le plus ferme sur la réduction des émissions.

La nouvelle stratégie pour l'adaptation au climat, la prévention des catastrophes liées au climat et la lutte contre la faim dénote un effort accru sur l'adaptation au climat dans la coopération norvégienne au développement.

« Le changement climatique a déjà des conséquences majeures pour de très nombreuses personnes, et de nombreux pays en développement souhaitent être soutenus dans leur travail d'adaptation. Cette stratégie s'appuie sur le suivi de l'Accord de Paris par la Norvège, et elle démontre la façon dont nous pouvons renforcer le travail sur l'adaptation au changement climatique dans l'assistance climatique norvégienne », ajoute le ministre du Climat et de l'Environnement, Sveinung Rotevatn (parti libéral).

La stratégie contribuera à renforcer la capacité des pays en développement à s'adapter au changement climatique, à prévenir et à faire face aux dangers liés au climat et aux catastrophes naturelles. Il contribuera également à éradiquer la faim, à assurer la sécurité alimentaire et une meilleure nutrition, ainsi qu’à promouvoir des systèmes alimentaires durables basés sur l'agriculture, l'aquaculture et la pêche.

« Le changement climatique aggrave l’insécurité alimentaire », poursuit la ministre de l'Agriculture Olaug Bollestad (parti populaire chrétien). « C'est pourquoi le gouvernement s’engage pour lutter contre la faim, notamment dans le cadre des efforts relatifs à l'adaptation au climat dans la politique de développement. La production alimentaire et les petits agriculteurs doivent être armés pour faire face à une plus grande imprévisibilité grâce, entre autres, à de bonnes pratiques agricoles, à de meilleurs services leur permettant d’être guidés et informés, à la santé des plantes et des animaux, ainsi qu’à l'accès aux semences adaptées aux conditions locales. »

Le climat et la sécurité sont également un thème important de la stratégie. La moitié des 20 pays les plus exposés au réchauffement climatique sont des pays qui connaissent un conflit armé.

« Le changement climatique exacerbe souvent les conflits sous-jacents. Par conséquent, il est essentiel d'acquérir des connaissances sur les risques climatiques et sécuritaires dans chaque pays, afin que le Conseil de sécurité de l'ONU puisse dans une plus large mesure prévenir, traiter et résoudre les menaces liées au climat qui mettent en péril la paix et la sécurité internationales, par exemple dans la région du Sahel », conclut la ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide (parti conservateur).

Le ministère des Affaires étrangères avec les ambassades, le ministère du Climat et de l'Environnement, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, le ministère de la Justice, Norad et Norfund, participeront à la mise en œuvre de la stratégie.

Lire la stratégie sur le climat, la faim et la vulnérabilité.