Travel and border information for Norway

Information in Norwegian / English

La Norvège assume d’importantes responsabilités au sein du Conseil de sécurité de l’ONU

En tant que membre du Conseil de sécurité de l’ONU, la Norvège va diriger le Comité des sanctions contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et le Comité des sanctions contre l’EIIL (Daech) et Al-Qaïda, ainsi que le Groupe de travail sur les enfants et les conflits armés. La Norvège assurera également les fonctions de rédacteur pour la situation en Afghanistan et la situation humanitaire en Syrie et s’efforcera d'accroître l’attention sur les liens entre changements climatiques et sécurité.

« Ce sont là des tâches difficiles et exigeantes que nous sommes prêts à assumer. Le fait que la présidence de certains organes subsidiaires clefs du Conseil de sécurité soit confiée à la Norvège constitue un témoignage de confiance. Dans ce travail, nous mettrons en avant les priorités norvégiennes et apporterons notre contribution aux dossiers qui ont une importance cruciale pour la paix et la sécurité internationales », a déclaré la ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide.

Dans un monde confronté à la pandémie, aux changements climatiques, à une pauvreté croissante, à des besoins humanitaires considérables, à un nombre important de réfugiés et de personnes déplacées et à des conflits complexes, il est capital que l’action du Conseil de sécurité de l’ONU pour promouvoir la paix et la sécurité internationales porte ses fruits.

Le développement d’armes nucléaires et de missiles balistiques par la RPDC de même que l’EIIL (Daech) et Al-Qaïda représentent de graves menaces pour la paix et la sécurité mondiales. Au fil des ans, le Conseil de sécurité a constitué un régime de sanctions très complet pour empêcher le développement d’armes de destruction massive en RPDC.

« Les sanctions sont l’un des moyens d’action les plus puissants et efficaces dont dispose le Conseil de sécurité. En présidant le Comité des sanctions contre la RPDC, la Norvège s’efforcera d’obtenir une mise en œuvre et un suivi efficaces des sanctions, tout en veillant au respect du droit international, des principes humanitaires et des droits de l'homme. Il est essentiel d'éviter des retombées imprévues pour la population civile », a souligné la ministre des Affaires étrangères.

« Les sanctions contre l’EIIL (Daech) et Al Qaïda sont nécessaires pour combattre le terrorisme international. Empêcher le financement du terrorisme est primordial pour réussir. Pour assurer la légitimité et l’efficacité de ces sanctions, il est important que des garanties de procédure équitable soient en place afin de protéger les individus ciblés au titre du régime de sanctions », a précisé Mme Eriksen Søreide.

La protection des civils lors des conflits armés, y compris des enfants, sera l’une des premières priorités du gouvernement norvégien durant le mandat de la Norvège au Conseil de sécurité. Les enfants sont particulièrement vulnérables lors des conflits armés.

« Je suis heureuse que la Norvège puisse présider le Groupe de travail sur les enfants et les conflits armés. Cette présidence permettra de favoriser une responsabilisation accrue dans ce domaine », a affirmé Mme Eriksen Søreide.

La Norvège sera corédacteur pour la situation en Afghanistan et la situation humanitaire transfrontalière en Syrie.

« Nous avons une connaissance approfondie des conflits en Afghanistan et en Syrie et sommes donc bien placés pour jouer un rôle constructif susceptible de déboucher sur des solutions collectives. La Norvège estime important de renforcer la capacité du Conseil de sécurité en matière de diplomatie de paix et de prévention des conflits et d’en tirer parti pour gérer la situation dans certains pays et les conflits. L'Afghanistan et la Syrie ont l’un comme l’autre des besoins humanitaires considérables auxquels le Conseil de sécurité doit contribuer à répondre. Certaines situations de pays qui sont à l’ordre du jour du Conseil de sécurité sont compliquées et ont provoqué une polarisation parmi les membres du Conseil. Nos ambitions doivent donc être réalistes », a déclaré Mme Eriksen Søreide.

Des membres du Conseil de sécurité ont récemment mis en place un groupe d’experts informel afin de mettre davantage l’accent sur les liens entre les changements climatiques et les défis en matière de sécurité, entre autres, dans la situation des pays examinés. La Norvège coprésidera ce groupe.

« Nous constatons malheureusement de plus en plus souvent que les changements climatiques engendrent une instabilité accrue et exacerbent les conflits. La Norvège s’emploiera à renforcer l’action du Conseil de sécurité dans ce domaine, notamment par une utilisation systématique des données scientifiques », a affirmé Mme Eriksen Søreide.