Le prix Holberg décerné à un chercheur britannique de premier plan pour ses travaux sur le racisme

On a aujourd’hui, le 14 mars, annoncé que le Prix Holberg 2019 est décerné à Paul Gilroy, chercheur britannique en études culturelles. Professeur au King’s College, Londres, M. Gilroy reçoit le prix pour ses recherches particulièrement influentes, notamment sur les races et le racisme et sur le postcolonialisme. Le prix lui sera remis lors d’une cérémonie dans l’Aula de l’Université de Bergen le 5 juin.

Le Prix Holberg est un prix de recherche international d’un montant de NOK 6 000 000, soit l’équivalent d’environ 600 000 EUR. Il couvre les domaines des lettres et sciences humaines, des sciences sociales et juridiques et de la théologie. Il a été institué par le parlement norvégien en 2003, et les lauréats doivent avoir influé d’une manière décisive sur la recherche internationale dans une ou plusieurs des disciplines couvertes par le prix.


Paul Gilroy, titulaire d’une chaire de littérature américaine et britannique, est actuellement un des chercheurs et intellectuels les plus connus de la Grande-Bretagne. Ses travaux ont influencé plusieurs disciplines : études culturelles, études critiques sur les races et le racisme, sociologie, histoire, anthropologie et études afro-américaines. Les recherches du professeur Gilroy ont été particulièrement décisives dans les domaines de l’Atlantique noir, du colonialisme et postcolonialisme et des hiérarchies ethniques, ainsi que des relations diasporiques.

Tant comme chercheur en études culturelles que comme activiste, M. Gilroy est connu pour sa résistance courageuse contre toute forme de racisme et de discrimination sexuelle. Il a exploré les aspects politiques liés au dépassement de la pensée raciale, qu’il défie telle qu’elle se manifeste dans des milieux militants, blancs et noirs. En même temps, il insiste sur les possibilités d’une coexistence au-delà d’éthnicités et de catégories raciales. Interprète nuancé de l’esthétique noire, Paul Gilroy a également fait des recherches sur les artistes, écrivains et intellectuels de milieux afro-atlantiques, qu’il a aussi activement soutenus.


« Mes recherches répondent au déficit d’imagination qui refuse à l’ensemble des êtres humains le même degré d’humanité, dit le lauréat. J’ai mis le focus sur la présence infra-humaine résultant de l’invocation de la différence raciale, et j’ai essayé de récrire l’humanisme en y ajoutant des dimensions morales et politiques plus accommodantes. Pour moi, explique-t-il, une critique du racisme et de la pensée raciale ouvre la voie à une compréhension plus claire et plus profonde de l’espèce humaine et de sa nature contestée. »

Courageux et transformatif

Paul Gilroy est l’auteur de sept livres et coauteur de trois autres, et a publié plus de cent articles et essais de revues. Avec son ouvrage There Ain’t no Black in the Union Jack (Il n’y a pas de noir dans le drapeau du Royaume-Uni) (1987), il est apparu comme un des chercheurs les plus importants dans le domaine des cultures racistes en Grande-Bretagne. Il y montre comment l’histoire des Noirs fait partie intégrante de l’histoire britannique, bien que souvent passée sous silence. The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness (1993) (trad. fr. : L'Atlantique noir : Modernité et double conscience, 2003 ; 2010) a marqué un tournant dans les études sur les diasporas dans les sciences humaines et sociales. Le professeur Gilroy y introduit un modèle réseau pour l’analyse de la culture, et donne des arguments pour considérer la race, l’ethnicité et la nation comme des notions culturellement constituées. Dans Against Race (Contre la race) (2000), il met encore le focus sur la race en tant que telle, déclarant que les meilleurs traits de la démocratie moderne sont menacés d’être minés par la division de l’humanité en groupes identitaires selon la couleur de la peau. Dans Darker than Blue: On the moral Economies of Black Atlantic Cultures (Plus sombre que bleu : Sur les économies morales des cultures atlantiques noires) (2010), M. Gilroy développe et renouvelle les études de W. E. B. Du Bois et d’autres intellectuels noirs, surtout en proposant des modèles de communauté qui ne sont pas basés sur la pensée raciale.

« M. Gilroy est un chercheur courageux, inspirant et tranformatif, dont les travaux concernent beaucoup des question les plus pressantes de notre temps », affirme la présidente du Comité scientifique international du Prix Holberg, Dame Hazel Genn.

Des photos de presse, les biographies des lauréats, les déclarations des comités scientifiques et des informations sur les prix sont accessibles sur : www.holbergprisen.no/presserom

Contact : Ole Sandmo, conseiller du service de communication Tél. : +47 98 00 18 78 [email protected]