Le parlement norvégien

Stortingsbygningen.jpg

Le Storting (l’Assemblée nationale norvégienne) est l’organe politique principal de Norvège, depuis l'introduction du parlementarisme, en 1884. Les élections au Storting ont lieu tous les quatre ans, les mandats étant répartis selon un mode de scrutin proportionnel. Les membres du Gouvernement, qui est constitué au nom du Roi à la suite des élections, sont responsables devant le Parlement.

Le Storting et les pouvoirs formels

Le Storting contrôle les deux axes principaux de la gouvernance du pays, en votant les lois et en approuvant les budgets nationaux. La plupart des projets de lois et des propositions de budgets nationaux sont soumis au Storting par le gouvernement. Habituellement, les projets de lois ne font l’objet que de modifications mineures : en effet, soit le gouvernement dispose au Storting d’une majorité qui soutient d’emblée son action, soit il adapte lui-même ses propositions pour qu’elles soient acceptées par cette majorité.

Le Storting surveille l’action du gouvernement. Les instruments principaux dont il dispose à cet effet sont notamment le recours au vote de confiance, la procédure de destitution devant la Haute Cour, les contrôles effectués par la Cour des comptes, et le système des questions et interpellations parlementaires. Durant ces dernières, les membres du Storting peuvent adresser directement au gouvernement des questions auxquelles le ministre compétent répond. Ces échanges sont généralement suivis d’un bref débat.

 

Les élections pour siéger au Storting

169 parlementaires siègent au Sorting. Tous sont issus d’un parti qu’ils représentent, et ils sont élus tous les quatre ans. En Norvège, le scrutin étant à la proportionnelle, le nombre de parlementaires pour chaque parti dépend du nombre de voix recueillies lors des élections. Le pays est divisé en 19 circonscriptions électorales (correspondant aux départements), et suivant leur taille et leur population, chaque parti obtient tel nombre de sièges. Dans chaque circonscription, et sous certaines conditions (en fonction du score local et du score national) un parti peut également obtenir un siège supplémentaire. Pour renforcer les régions, celles-ci sont proportionnellement mieux représentées que le centre d’Oslo. Il ne peut y avoir de dissolution du Storting, ni de nouvelles élections avant le terme des quatre années.

 

Les élections du 9 septembre 2013

Les dernières élections ont eu lieu le 9 septembre 2013 pour renouveler le Storting. Les quatre partis de Centre-droit, le parti Conservateur (H), le parti Libéral (V), le parti Chrétien Démocrate (KrF) et le parti du Progrès (FrP) forment désormais la nouvelle majorité, avec un total de 96 sièges (sur 169). Le vainqueur de l’élection est le parti Conservateur (H), dirigé par Erna Solberg, après 8 années de pouvoir exercé par le parti Travailliste (A) en coalition avec le parti Socialiste (SV) et le parti du Centre (SP), dirigé par Jens Stoltenberg. La nouvelle coalition au pouvoir, parti Conservateur allié au parti du Progrès, s’est formée le 7 octobre 2013. Madame Erna Solberg est la deuxième femme à occuper le poste de Premier ministre en Norvège, après Gro Harlem Brundtland. Les Verts (OMD) sont représentés pour la première fois avec 1 siège.

 

Répartition des sièges au Storting

Lors des dernières élections le parti Conservateur a obtenu 48 sièges, soit 18 de plus que lors des précédentes élections. Le parti du Progrès en a obtenu 29, soit douze de moins. Le parti Chrétien Démocrate obtient dix sièges, comme la fois précédente, alors que le parti Libéral passe de 2 à 9 sièges. Le parti Travailliste passe de 64 sièges à 55, le parti du Centre perd un siège, le parti Socialiste en perd quatre, et conserve donc 7 sièges.

La proportion de femmes au Storting reste la même, avec 67 femmes pour 102 hommes. Le taux de participation aux élections a augmenté de 2 % par rapport aux élections de 2009, passant ainsi à 78 % en 2013.

Pour en savoir plus sur le Storting, cliquer ici.