Changes in travel advice and border controls due to the corona virus

- Information in Norwegian

- Information in English

La Norvège verse 1,68 milliard de couronnes norvégiennes au Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (CERF)

« Les besoins humanitaires dans le monde ont atteint un niveau record. Le Gouvernement norvégien a augmenté le soutien de la Norvège aux crises humanitaires d'environ 50% depuis 2013. En plus de fournir davantage de fonds, nous devons également veiller à ce que l'aide atteigne le plus de personnes possible, aussi rapidement que possible. C’est la raison pour laquelle nous signons aujourd’hui un accord de quatre ans à hauteur de 1, 68 milliard de couronnes norvégiennes (plus de 175 millions d’euros) avec le fonds humanitaire de l'ONU », déclare la ministre norvégienne des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide.

L'accord avec le CERF assurera une plus grande prévisibilité pour nos partenaires humanitaires et contribuera à une réponse humanitaire plus efficace », poursuit Mme Eriksen Søreide.

Le Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (CERF) veille à ce que l'aide parvienne rapidement aux personnes qui en ont besoin en cas de crise aiguë. Il fournit également un financement qui fait cruellement défaut pour les urgences sous-financées. Le CERF permet de lancer une réponse humanitaire avant que les donateurs ne versent des fonds par le biais d’autres moyens. L’accord a été signé à Oslo le 14 septembre lors de la visite de Mark Lowcok, Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies.

« Les conflits armés, le changement climatique et la pauvreté dans les pays et les régions touchés par la fragilité créent des crises longues et complexes qui touchent un nombre croissant de personnes. Des fonds supplémentaires sont donc nécessaires pour les secours d’urgence, mais il est également nécessaire de trouver des moyens novateurs d’organiser les efforts humanitaires. C'est la raison pour laquelle le Gouvernement norvégien a lancé une nouvelle stratégie humanitaire en août dernier. La stratégie définit des mesures concrètes dans un certain nombre de domaines liés à la politique humanitaire », ajoute Mme Eriksen Søreide.

« Les hostilités dans les zones à forte densité de population affectent les civils de façon particulièrement sévère, comme nous l’avons vu en Syrie, au Yémen et dans plusieurs autres endroits. Notre nouvelle stratégie humanitaire met l'accent sur l'importance de la protection, de l'innovation humanitaire et d'une approche intégrée pour prévenir les crises humanitaires et réduire les besoins humanitaires. Ce sont des points importants qui étaient à l’ordre du jour des réunions avec le Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies », poursuit Mme Eriksen Søreide.

Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires des Nations Unies, Coordonnateur des secours d'urgence, et chef du Bureau de la coordination des Affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), était à Oslo le 14 septembre. Son programme comprenait des réunions avec la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide, la Commission permanente des Affaires étrangères et de la Défense du parlement norvégien, la Secrétaire d'État Marianne Hagen et des représentants de la société civile.

Conformément à la pratique habituelle, l'accord avec le CERF sera soumis à l'approbation du Storting (parlement norvégien).

Communiqué de presse du Ministère norvégien des Affaires étrangères daté du 14 septembre 2018.