Effort concerté pour faire avancer l’Agenda 2030 dans la politique de développement

« Les objectifs généraux de l'aide norvégienne sont de lutter contre la pauvreté et de soulager la souffrance. Les objectifs de développement durable de l'ONU rassemblent les pays du monde dans un effort concerté pour éliminer la pauvreté d'ici 2030. Dans le livre blanc sur les objectifs de développement durable et la politique de développement norvégienne, le gouvernement présente une politique de développement cohérente qui sera la contribution de la Norvège à la réalisation des objectifs ambitieux de l'ONU », déclare le ministre des Affaires étrangères, Børge Brende.

Les Objectifs de développement durable de l'ONU (SDG) rassemblent les pays du monde dans un effort concerté pour éliminer la pauvreté d'ici 2030. L'aide seule n'est pas suffisante pour financer le travail pour réaliser les SDG ; des flux importants de capitaux doivent être mobilisés. Dans ce contexte, il est important que les gouvernements, le secteur privé et les ONG travaillent ensemble.

« La proposition du gouvernement de doubler son soutien aux énergies renouvelables est un exemple de la façon dont nous pouvons mobiliser un financement privé. Notre aide aux énergies renouvelables aidera à améliorer les conditions-cadres pour le secteur privé et à réduire les risques, ce qui rendra plus attrayants les investissements commerciaux dans la production d'énergie renouvelable. Cela signifie que, avec le secteur privé, nous pouvons créer des emplois, générer des recettes fiscales et promouvoir un développement écologique dans les pays pauvres », déclare M. Brende.

Les objectifs de développement durable montrent combien les pays du monde sont devenus interdépendants. Les investissements dans les biens publics tels que la santé mondiale, la sécurité et la stabilité climatique sont essentiels au développement social et économique dans tous les pays.

« Grâce à l'aide fournie par la Norvège, nous contribuons à générer des investissements dans des biens publics tels que la santé et la stabilité climatique dans les pays en développement. Par exemple, le gouvernement propose d'augmenter le financement des mesures climatiques, alors que dans le domaine de la santé mondiale, nous investirons dans le développement de nouveaux vaccins et nous travaillerons pour lutter contre la résistance aux antibiotiques », ajoute M. Brende.

Les personnes les plus pauvres dans le monde vivent dans des zones touchées par la précarité. Environ 1,6 million de personnes vivent actuellement des situations de grande précarité. C'est pourquoi le gouvernement intensifie ses efforts dans les pays et les régions qui sont touchés par ce phénomène.

« L'Afrique continuera recevoir la plus grande aide de la part de la Norvège. La pauvreté extrême, les flux de réfugiés, la propagation de l'extrémisme et du terrorisme constituent une menace majeure pour les pays subsahariens déjà vulnérables ainsi que leurs voisins, et ils constituent un obstacle au développement durable. Le gouvernement va donc intensifier les efforts de la Norvège dans les zones touchées par la précarité », poursuit M. Brende.

Le gouvernement adoptera une approche à plus long terme dans ses efforts humanitaires dans les situations de crise. Un exemple illustrant cette décision est l'aide humanitaire de la Norvège à la Syrie et à ses pays voisins : le gouvernement a décidé que 15% de l'aide fournie serait utilisée pour l'éducation. Une défense plus forte des valeurs universelles est également requise dans de nombreuses situations de conflit et de troubles.

« Les règles et institutions internationales qui promeuvent la démocratie, les droits de l'homme et l’état de droit sont sous pression. Dans le livre blanc, nous exposons notre intention d'intensifier nos efforts pour promouvoir la liberté d'expression, protéger les minorités religieuses et sauvegarder les droits des femmes, notamment l'accès à la contraception et les services de santé sexuelle et reproductive », conclut M. Brende.

Les actions clés énoncées dans le livre blanc comprennent :

• Un doublement du financement de la Norvège pour les énergies renouvelables.

• Une augmentation de 50% du financement de Norfund, en vue de créer de nouveaux emplois du secteur privé dans les pays pauvres.

• Maintenir un niveau d'aide élevé dans des domaines prioritaires tels que l'éducation, la santé et l'Initiative internationale de la Norvège pour le climat et les forêts dans la période allant jusqu'à 2030.

• Promouvoir l'innovation dans le domaine de la santé mondiale, par exemple le développement de vaccins contre de nouvelles épidémies et les efforts visant à lutter contre la résistance aux antibiotiques.

• Intensifier les efforts dans les zones touchées par la fragilité, pour prévenir l'effondrement des Etats et la propagation des conflits et de la fragilité.

• L’augmentation des efforts visant à promouvoir l'accès à la contraception et aux services de santé sexuelle et génésique, y compris en ce qui concerne les avortements légaux et sécuritaires.

• Renforcer les efforts pour protéger les minorités religieuses. Le financement annuel des efforts pour soutenir les minorités religieuses passera de 20 millions de couronnes (env. 2,1 millions d’euros) à 40 millions de couronnes (environ 4,3 millions d’euros).