Changes in travel advice and border controls due to the corona virus

- Information in Norwegian

- Information in English

Conférence internationale sur la violence sexuelle et sexiste dans les crises humanitaires

En collaboration avec l'ONU et d'autres partenaires, la Norvège organisera une conférence internationale de collecte de fonds afin de renforcer les efforts destinés à lutter contre la violence sexuelle et sexiste pendant les crises humanitaires. La conférence aura lieu à Oslo les 23 et 24 mai.

La violence sexuelle et sexiste (SGBV) constitue un problème d’envergure dans de nombreuses zones frappées par des crises humanitaires. Ses conséquences sont graves laissant des séquelles sur les victimes, leurs familles et la communauté environnante. Malgré cela, les efforts humanitaires dans ce domaine sont souvent sous-financés et affectés par un manque de capacité.

« Il reste encore beaucoup à faire pour protéger et aider toutes les personnes victimes de violences sexuelles dans les situations de crise humanitaire - femmes et filles, hommes et garçons. Nous avons l’intention de jouer un rôle de premier plan au niveau international pour renforcer les efforts en ce domaine », déclare la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide.

La conférence a pour objet une prise de conscience renforcée quant à la réponse humanitaire à la SGBV, ainsi que l’augmentation du financement en faveur des efforts humanitaires dans ce domaine par le biais d'appels coordonnés par l'ONU. La conférence facilitera également le dialogue sur la manière dont les efforts humanitaires doivent être conçus pour assurer les meilleurs résultats possibles. Elle se concentrera notamment sur les violences sexuelles dans les crises humanitaires engendrées par des conflits.

« La protection des personnes contre la violence sexuelle et sexiste est une priorité essentielle de la nouvelle stratégie humanitaire de la Norvège. Nous cherchons à promouvoir un respect accru du droit international humanitaire en ce domaine. La violence sexuelle n'est pas un effet secondaire de la guerre. Elle est utilisée comme une arme de guerre et, trop souvent, les responsables ne font pas l'objet de poursuites », ajoute Mme Eriksen Søreide.

La partie ‘’haut niveau’’ de la conférence aura lieu le 24 mai. Parmi les invités figureront des ministres de pays bailleurs et de pays en développement, de hauts responsables de l'ONU et des dirigeants d'organisations humanitaires. La partie "société civile" de la conférence aura lieu le 23 mai et sera organisée par l’Aide de l’Eglise Norvégienne et ses partenaires.

Communiqué de presse du Ministère norvégien des Affaires étrangères daté du 12 février 2019.