Augmentation significative de l'aide au Moyen-Orient, à l’Afrique subsaharienne ainsi qu’aux réfugiés dans les zones voisines

Selon de nouveaux chiffres, les coûts liés aux réfugiés en Norvège pour 2017 sont inférieurs de NOK 1,36 milliard (env. 140 millions d'euros) aux prévisions. Le Gouvernement a proposé que la plus grande partie des fonds non utilisés aille à des régions du Moyen-Orient et de l'Afrique subsaharienne qui sont gravement touchées par la guerre et les conflits.

« Je suis heureuse que la proposition de budget révisée nous permette d'accroître l'aide aux pays du Moyen-Orient et de l'Afrique subsaharienne. Les besoins dans ces pays sont énormes, à la fois pour l'aide au développement à long terme et pour l'aide humanitaire », déclare la ministre des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide.

Une grande partie de l'augmentation proposée de NOK 453 millions (env.  46,5 millions d'euros) du budget de l'aide humanitaire sera utilisée au Soudan du Sud, en Somalie, dans la région du lac Tchad et pour les crises sous-financées en Afrique subsaharienne. Le Gouvernement augmentera également son soutien à la réponse humanitaire au Bangladesh. « La situation des 620 000 Rohingyas qui ont été expulsés du Myanmar vers le Bangladesh depuis le mois d'août est précaire. Une grande partie des fonds supplémentaires au titre du budget humanitaire sera donc utilisée pour financer des mesures visant à améliorer leur situation », ajoute Mme Eriksen Søreide. Le Gouvernement prévoit également d'accroître l'aide humanitaire de la Norvège au Yémen.

« Pendant de nombreuses années, le Moyen-Orient a été en proie à des guerres et à des conflits, et l'instabilité dans un pays menace la stabilité des pays voisins. C'est pourquoi nous intensifierons nos efforts pour promouvoir la stabilité et le développement dans cette région troublée », conclut Mme Eriksen Søreide.

Au titre du chapitre budgétaire consacré à l'aide transitoire, le Gouvernement a proposé une augmentation de NOK 117 millions (env. 12 millions d'euros) pour soutenir les efforts de stabilisation du PNUD en Iraq. Le Gouvernement a également proposé une augmentation de NOK 120 millions (env. 12,3 millions d'euros) pour le fonds de la Banque mondiale pour les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban. Les priorités définies dans le budget révisé signifient que les efforts déployés par la Norvège pour aider les réfugiés et les personnes déplacées dans les zones voisines seront intensifiés.

Le Gouvernement a proposé que l'allocation régionale pour l'Afrique dans le budget révisé de 2017 soit augmentée de NOK 90 millions (env. 9,2 millions d'euros). Le financement supplémentaire ira aux fonds de stabilisation en Somalie et en RD Congo, au Fonds humanitaire pour le Soudan du Sud, aux efforts de la Banque mondiale et de l'ONU pour les réfugiés sud-soudanais en Ouganda, et au fonds de soutien au processus de paix en République centrafricaine.

En outre, le Gouvernement prévoit d'allouer NOK 20 millions (env. 2 millions d'euros) à Norfund. Ce financement sera destiné à un fonds d'investissement nordique en Somalie.

En ce qui concerne les domaines thématiques prioritaires, le Gouvernement a proposé d'augmenter de NOK 200 millions (env. 20,5 millions d'euros) le soutien de la Norvège à Gavi, l'Alliance du vaccin, et de NOK 90 millions (env. 9,2 millions d'euros) le financement de l'Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs de la Banque mondiale.

Communiqué de presse du Ministère des Affaires étrangères du 24 novembre 2017