L’énergie et les ressources marines

La population mondiale augmente, s’acheminant immanquablement vers des besoins croissants en produits alimentaires et en énergie. Dans ce contexte, l’exploitation durable des ressources marines est l’une des clefs qui permettront de résoudre bon nombre des défis auxquels se trouve confrontée la planète.
Photo: Bjørn Luell/Statkraft

La Norvège doit à la longueur de ses côtes et à l’importante superficie de ses zones maritimes une connaissance approfondie des domaines énergétique et marin. La recherche norvégienne a mis au point des technologies visant des modes d’utilisation durables de ces ressources. Elle applique notamment le principe du « renouvelable » à l’hydro-électricité, à la production de poisson et de fruits de mer, à l’extraction du pétrole et du gaz dans les eaux nationales, ainsi qu’à l’assistance technique fournie en matière de pêche et d’énergie aux pays en développement.

La mer est une réserve vitale, et le savoir-faire que suppose son exploitation jouera un rôle déterminant pour les générations futures. Il nous revient de mettre au point les solutions à long terme sur lesquelles pourra s’appuyer une croissance saine de ce que l’on nomme « économie bleue ». Ceci suppose de travailler à l’élaboration de normes environnementales satisfaisantes, qui devront être respectées tant au plan national qu’international.

La norvège œuvre aux objectifs suivants :

  • Assurer à l’ensemble de la population mondiale l’accès à une énergie fiable, moderne et respectueuse de l’environnement, et ce à prix raisonnable ;
  • Trouver des solutions aux besoins énergétiques mondiaux, notamment en diffusant les connaissances et compétences acquises par notre pays ;
  • Veiller au bon fonctionnement des marchés internationaux de l’énergie, à l’approvisionnement en énergie à l’échelle planétaire et à la sécurité énergétique de l’Europe ;
  • Mettre en œuvre un droit maritime et des réglementations environnementales aussi efficaces que possible, en Norvège comme dans l’ensemble du monde ;
  • Faire en sorte que les profits générés dans le cadre de « l’économie bleue » découlent d’une utilisation durable des ressources marines.
plattform@2x.png

Le pétrole et le gaz : 40 % de nos exportations

La valeur globale des exportations norvégiennes de pétrole brut et de gaz naturel s’élevait en 2015 à quelque 450 milliards de couronnes, ce qui représente 40 % du total des exportations.

verden@2x.png

Le programme « Pétrole et développement »

La Norvège gère de longue date ses ressources en pétrole dans la double perspective d’une croissance durable au service de l’ensemble de la société. Elle partage son expérience en la matière avec 12 autres pays dans le cadre du programme « Pétrole et développement ».

MissingIcon.png

Un grand producteur hydro-électrique

La Norvège est le septième producteur d’hydro-électricité à l’échelle du monde, et le premier en Europe.

La norvège agit

  • En promouvant l’importance de la mer comme source de production alimentaire et énergétique ;
  • En exploitant ces ressources énergétiques et marines d’une manière durable ;
  • En incitant au développement de modes d’exploitation respectueux de l’environnement ;
  • En diffusant les connaissances et compétences que suppose une gestion durable et globale des ressources marines ;
  • En menant le combat contre les déchets de plastique et la pollution de la mer qu’ils génèrent sous forme de microparticules.
bolge@2x.png

Des ressources inexplorées

Les immenses zones océaniques que compte la planète restent pour bonne part inexplorées. Elles représentent pour l’avenir un potentiel de ressources multiples, notamment minérales, dont nous n’avons pas encore connaissance.

havPlast@2x.png

Le volume croissant des matières plastiques dans les océans

Les chercheurs expriment leur inquiétude face à l’augmentation des quantités de plastique présentes dans les océans, et aux conséquences qui pourraient en découler pour la vie marine.

Fisk@2x.png

36 millions de repas issus de la mer

En 2015, la Norvège a exporté en moyenne, par jour, l’équivalent de 36 millions de repas d’origine marine.