Le gouvernement norvégien demande au secteur humanitaire de renforcer la lutte contre la violence et le harcèlement sexuels

La ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide et le ministre du Développement international Nikolai Astrup appellent toutes les organisations qui reçoivent une aide de la Norvège à intensifier leur travail interne de prévention du harcèlement, de la violence et des abus sexuels.

« Les travailleurs humanitaires accomplissent un travail précieux dans le monde entier, dans un contexte de crise difficile. Or ce secteur emploie des dizaines de milliers de personnes. Les affaires révélées ces derniers temps par la presse norvégienne et internationale montrent que le secteur humanitaire doit nettement accroître ses efforts pour lutter contre les comportements incorrects et inadéquats dans ses propres rangs. Toutes les formes de harcèlement, d’exploitation et d’abus sexuels sont inacceptables et même, dans bien des cas, criminelles. Une priorité accrue sera désormais accordée à ce thème par les politiques comme par les fonctionnaires norvégiens », a déclaré Mme Ine Eriksen Søreide.

La Norvège est l’un des pays qui contribue le plus à la lutte contre la pauvreté et à l’atténuation des souffrances en temps de guerre ou de crise.

« La Norvège est un acteur important dans les domaines de l’aide et du développement. Nous comptons donc sur l’ensemble de nos partenaires, que ce soient les agences de l’ONU, le réseau de la Croix-Rouge, les acteurs multilatéraux et les organismes d’aide, pour assumer correctement leur responsabilité en tant qu’employeurs. Ils doivent empêcher que leurs propres salariés commettent des abus contre des collègues ou contre la population civile là où ils travaillent », a affirmé M. Nikolai Astrup.

Le ministère des Affaires étrangères et la Norad (l’Agence norvégienne de coopération au développement) vont envoyer à tous les bénéficiaires d’aide une lettre précisant ce qui suit :

·         La Norvège attend de tous ses partenaires qu’ils adhèrent au principe de l’inacceptabilité de toute forme de harcèlement, d’exploitation ou d’abus sexuels.

·         La Norvège veut que toutes les organisations recevant une aide du ministère des Affaires étrangères ou de la Norad disposent de règles éthiques et de procédures adaptées pour prévenir, alerter et gérer les cas de harcèlement, de violence et d’abus sexuels subis ou commis par leurs propres employés.

·         Ce thème constitue un aspect important de la responsabilité qui incombe aux organisations en leur qualité d’employeurs, y compris à l’égard de leurs propres partenaires et des communautés locales où elles travaillent.

·         Le ministère des Affaires étrangères et la Norad aborderont ce thème de manière systématique lors de leurs rencontres avec des partenaires.

·         Le ministère des Affaires étrangères dispose de ses propres procédures pour le suivi des jeunes experts norvégiens auprès de l’ONU.

 

Lisez la lettre des ministres.