Le Gouvernement norvégien lance un nouveau Plan d'Action National pour les femmes, la paix et la sécurité

bilde12 - Photo:whopwhopbilde

Le Conseil de sécurité des Nations Unies recommande à tous les pays membres de se doter d'un plan d'action spécifique pour les femmes, la paix et la sécurité. La Norvège fut l’un des premiers pays au monde à développer un tel plan d’action en 2006. Le plan d’action présenté aujourd’hui est le quatrième du genre et concerne la période 2019-2022.

Le plan d'action sera lancé par cinq ministres : la ministre des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide, le ministre de la Défense, Frank Bakke-Jensen, le ministre de la Justice, de la Sécurité publique et de l'Immigration, Tor Mikkel Wara, le ministre du Développement international, Nikolai Astrup, et la ministre de l'Enfance et de l'Egalité, Linda Hofstad Helleland. C’est le ministère des Affaires étrangères qui coordonnera ce travail.

« Tout comme les hommes, les femmes ont le droit de prendre part aux décisions qui concernent leur passé et qui affecteront leur avenir. Tant les femmes que les hommes tirent profit de l'expérience et des ressources de l'ensemble de la population. Ceci est important pour l’économie et la création de valeur, et c’est essentiel pour la paix et la sécurité. C'est la raison pour laquelle nous nous fixons des objectifs encore plus ambitieux qu'avant », déclare la Première Ministre norvégienne Erna Solberg.

Le nouveau plan d'action comprend quatre domaines cibles :

1. Les Processus de paix et de conciliation

2. La mise en œuvre des accords de paix

3. Les opérations et missions

4. Les efforts humanitaires

Le plan d’action souligne également le travail à long terme visant à promouvoir les droits et l’égalité des femmes dans les pays touchés par un conflit armé. Les efforts des femmes et l’importance des rôles des hommes et des femmes ressortent d’autant lorsqu’ils se heurtent à l’extrémisme violent. Le nouveau plan d'action vise à renforcer l'engagement dans les domaines dans lesquels la Norvège est particulièrement qualifiée pour apporter sa contribution :

« Nous commencerons plus tôt et resterons impliqués plus longtemps qu'avant : nous faciliterons les processus de paix inclusifs dès les premiers pourparlers de paix, et nous accorderons la même priorité à la participation et aux droits des femmes dans notre soutien à la mise en œuvre des accords de paix, comme lors de la phase de négociation. Dans le cadre de nos efforts humanitaires, nous allons promouvoir les femmes en tant que parties prenantes et mettre l'accent sur les différents besoins des femmes et des hommes, des filles et des garçons, en situation de vulnérabilité », ajoute la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide.

Le modèle de pays prioritaire introduit au cours de la période précédente du plan a conduit à un engagement plus direct et plus ciblé, et il sera poursuivi. Plus précisément, nous poursuivrons notre engagement en Afghanistan, en Colombie, au Myanmar, au Nigéria, en Palestine et au Soudan du Sud. Les Philippines, le Mali et la Syrie sont de nouveaux pays prioritaires, et la coopération avec l’Union Africaine sera intégrée dans le même système de suivi.

« Le nouveau plan d’action de la Norvège envoie un message politique clair : nous allons promouvoir la participation et l’influence des femmes, ainsi que leurs droits et leurs besoins, dans tous les efforts de paix et de sécurité. Nous attendons le même engagement des hommes que des femmes en ce domaine. Il s'agit de protéger les besoins de sécurité de l'ensemble de la population », poursuit le ministre de la Défense, Frank Bakke-Jensen.

Au travers des activités de prévention, de mise en application et d’assistance, la police participera aux efforts globaux de la société visant à promouvoir le droit à l’application régulière de la loi pour les citoyens, leur sécurité et leur bien-être général. Par conséquent, les domaines couverts par le Plan d'Action National pour les femmes, la paix et la sécurité constituent un élément essentiel de la mission sociale de la police.

« La police norvégienne est hautement qualifiée pour prévenir et combattre la violence et les agressions contre les femmes. Cette expertise est recherchée au niveau international, par exemple dans le cadre de la participation aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies. La police apporte également une contribution importante à la résolution de ce qui constitue un grave problème social, tant en Norvège qu’à l'étranger », déclare quant à lui le ministre de la Justice, de la Sécurité publique et de l'Immigration, Tor Mikkel Wara.

Plusieurs organisations norvégiennes et internationales travaillant pour les femmes, la paix et l'égalité participent également au lancement de ce nouveau plan. Elles se sont rencontrées plus tôt dans la journée pour débattre de l'extrémisme violent et sexiste, ainsi que du rôle des femmes dans la médiation et la construction de la paix.

« La société civile est un moteur important dans ce domaine. La Norvège s'appuie sur les contacts étroits qu’elle entretient avec des nations, des régions et des acteurs internationaux partageant les mêmes vues afin d’assurer des efforts efficaces et globaux », ajoute le ministre des Affaires étrangères.

La nouvelle stratégie humanitaire de la Norvège constitue la base de la partie humanitaire du plan d’action. Les personnes touchées par une crise ou un conflit devraient avoir plus d'influence sur les mesures mises en œuvre.

« L’opportunité pour les femmes de contribuer au travail sur la paix et la sécurité est liée au statut des droits et à l’égalité des femmes. Par conséquent, le plan d'action met également l'accent sur le travail à long terme dans ce domaine », ajoute également le ministre du Développement international, Nikolai Astrup.

La protection de ceux qui cherchent refuge est une priorité essentielle de la stratégie humanitaire. Nous accorderons une priorité particulière à la prévention et au traitement de la violence sexuelle et sexiste dans les conflits. Nous renforcerons également notre engagement en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs.

« La Norvège a l’un des plus faibles écarts entre les sexes au monde et nous avons la responsabilité internationale de promouvoir l’égalité. En temps de guerre et de conflit, les femmes sont particulièrement exposées à la violence sexuée, et de nombreux enfants naissent des suites de ces violences sexuelles. Cela a de graves conséquences pour des communautés entières. La prévention et le traitement de la violence sexiste et de la violence sexuelle liée aux conflits, y compris à l’encontre de garçons et d’hommes, constituent un domaine prioritaire important du plan d'action », a conclu la ministre de l'Enfance et de l'Égalité, Linda Hofstad Helleland.