La Norvège renforce son soutien aux efforts de l’ONU en faveur des droits de l'homme

La Norvège signe aujourd'hui un accord d’une durée de quatre ans concernant son soutien à l’action de l’ONU dans le domaine des droits de l'homme. « Alors que les droits de l’homme et la démocratie sont mis à rude épreuve dans de nombreuses régions du monde, la Norvège entend contribuer au renforcement de la marge de manœuvre à la fois politique et financière du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. Nous appelons les autres pays à faire de même », a déclaré la ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide.

Mme Eriksen Søreide participe aujourd’hui à Genève à l’ouverture de la 37e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. La ministre signera un accord d’intention prévoyant une coopération renforcée sur la période 2018-2021 avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH). La Norvège a affecté à cette coopération jusqu’à 150 millions de couronnes (environ 15,6 millions d’euros) pour 2018, soit 20 millions de plus que l’année dernière.

 

« 70 ans après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il est plus important que jamais de combattre les forces qui tentent de porter atteinte aux droits fondamentaux. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme est une instance fondamentale et claire, basée sur des règles internationales et sur les principes de l'État de droit. Il est préoccupant qu’un financement insuffisant limite les efforts de l’ONU pour surveiller que les États respectent leurs obligations en matière de droits de l’homme », explique Mme Eriksen Søreide.

 

Environ 3 % seulement du budget ordinaire de l’ONU sont affectés au HCDH. L’action dans ce domaine constitue pourtant l’un des trois grands piliers de l’organisation mondiale, les deux autres étant la paix et la sécurité, et le développement durable.

 

« Du fait du manque de moyens, des actions et des résolutions destinées à soutenir les droits de l’homme ne sont pas mises en œuvre dans la pratique. Ceci affecte à son tour l’impact des mesures dans d’autres secteurs. Si nous voulons réussir à créer une paix durable et à atteindre les objectifs de développement durable, il n’est pas possible de négliger les droits de l’homme. La Norvège continuera donc d’être un ardent défenseur de ces droits au niveau international », a affirmé Mme Eriksen Søreide.

 

Pour plus d’informations, consulter le livre blanc du gouvernement sur les droits de l’homme.

 

Communiqué de presse du Ministère norvégien des Affaires étrangères daté du 26 février 2018