Restitution d'un trésor culturel à la Birmanie

Mr Børge Brende. Myanmar.JPG
Børge Brende, ministre norvégien des Affaires Étrangères et Aung San Suu Kyi, Conseillère spéciale de l'État et porte-parole de la Présidence de Birmanie.

Le trafic illicite des trésors culturels représente un problème mondial et contribue au financement de la criminalité internationale. « La Norvège est heureuse de restituer une sculpture aux autorités de Birmanie. Nous souhaitons par ce geste donner l'exemple », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Børge Brende.

Le ministre des Affaires étrangères est aujourd'hui à Naypyidaw, la capitale de la Birmanie. Au cours d'une cérémonie officielle avec les autorités, il remettra une sculpture de Bouddha qui avait été importée illégalement en Norvège via la Thaïlande en 2011.

« La Norvège souhaite contribuer à la restitution à leur pays d'origine des biens   culturels volés, conformément aux conventions internationales. Je suis heureux que cette magnifique   sculpture soit enfin de retour dans son pays. Je reste cependant préoccupé parce   que le trafic illicite de biens culturels augmente, prend toujours de   nouvelles formes et passe souvent par des réseaux criminels internationaux. En plus, les gains du trafic illicite servent souvent à financer les activités terroristes », souligne M. Brende.

Âgée de 150 à 200 ans, la statue en albâtre, laque, or et verre avait été découverte à Drammen, en 2011, par un agent des douanes vigilant. Depuis, des efforts importants ont été mis en œuvre pour retracer son parcours et retrouver son pays d'origine. Ceci a été possible grâce à une excellente coopération entre plusieurs instances en Norvège et à l'étranger, notamment les douanes, le ministère de la Culture, le ministère des Affaires   étrangères, le Musée d'histoire culturelle d'Oslo, des experts internationaux, les autorités thaïlandaises et birmanes et l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

« Nous invitons tous les pays à renforcer leurs efforts en vue de protéger et restituer les biens culturels disparus. Une plus grande coopération est nécessaire pour qu’ils puissent se conformer aux obligations internationales et mettre un terme à ces activités illégales », a souligné   M. Brende.

Les pays dans toutes les régions du monde sont victimes de la   criminalité visant les biens artistiques et culturels. Les pays frappés par la guerre, les crises ou les catastrophes naturelles sont particulièrement vulnérables aux pillages et à la criminalité, comme l'Irak et la Syrie. L'ONU a adopté plusieurs conventions afin de   prévenir et de combattre le trafic illicite des biens culturels. La Norvège soutient à cet égard le travail de l'UNESCO et de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Pour plus d'informations, consulter le site Internet du ministère de la Culture.

Contact presse : Astrid Sehl, astrid.sehl@mfa.no, portable 92284752 (accessible depuis l’étranger)