Rolf Einar FIFE

Candidat de la Norvège, du Danemark, de la Finlande, de l’Islande et de la Suède à la Commission du droit international de l’ONU pour la période 2023-2027

Les pays Nordiques sont fiers de présenter la candidature de l’ambassadeur Rolf Einar FIFE
aux élections à la Commission du droit international (CDI) pour la période 2023-2027, qui se tiendront au cours de la 76ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2021.

Défendre et renforcer la primauté du droit et les institutions juridiques internationales sont
des objectifs prioritaires des pays Nordiques.

Les cinq pays Nordiques partagent une tradition
et culture juridiques communes, distinctes des principaux systèmes juridiques du
monde. Ils ont fait la preuve d’un engagement constructif et caractérisé par l’ouverture et le
dialogue au sein des Nations Unies, qui sont reflétés dans les contributions à la codification
et au développement progressif du droit international apportées par des praticiens et universitaires Nordiques distingués.

|EN|FR|ES|RU|ZH|AR|

 

L’ambassadeur Rolf Einar FIFE a une expérience considérable en droit international public. Son expérience variée, son intégrité personnelle, ses compétences et son engagement au service du droit international, en font un candidat remarquable aux élections à la Commission. Les pays Nordiques sont convaincus qu’il pourrait apporter des contributions précieuses à son travail. 

L’ambassadeur FIFE a exercé les fonctions de directeur général des affaires juridiques et de jurisconsulte au Ministère norvégien des Affaires étrangères de janvier 2002 jusqu’en août 2014. Au cours de sa carrière juridique et diplomatique, qui incluent les postes d’ambassadeur de la Norvège en France et à Monaco (2014-2019) et depuis 2019 en tant qu’ambassadeur auprès de l’Union européenne, il a été chargé de nombre de missions et de fonctions juridiques particulières.

Il a participé de façon active à l’élaboration de plusieurs instruments juridiques dans des domaines pertinents pour le travail de la CDI. Il a présidé des négociations multilatérales de traités aux Nations Unies, notamment concernant le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, et il a participé au règlement international de différends, notamment devant la Cour internationale de Justice et en tant que membre d’un tribunal arbitral.

« Je suis convaincu que la composition ainsi que la diversité de la CDI, avec des experts de toutes les régions et représentant les systèmes juridiques du monde, mettent celle-ci dans une position unique pour contribuer au renforcement du droit international dans une époque de défis et d’opportunités majeurs. »

L’ambassadeur FIFE fut élu Président du Comité de Conseillers juridiques sur le droit international (CAHDI) du Conseil de l’Europe (2009-2010). Il est membre de la Cour permanente d’Arbitrage depuis 2004. En 2017 il fut élu membre associé de l’Institut de droit international.

Ambassador Rolf Einar Fife  talking to a group of people

Il a publié plus de 60 contributions académiques dans les domaines de l’Arctique et des affaires polaires, du droit de la mer, du droit pénal international, des cours et tribunaux pénaux internationaux, du droit de l’ONU, et du droit international public général. Pendant de longues périodes il a enseigné le droit international public, notamment à l’Université d’Oslo et à l’Institut des Hautes Études de Défense norvégien, et il a été invité à faire une communication devant l’Académie des Sciences morales et politiques à Paris, ainsi que devant d’autres institutions. Il a été chercheur invité au Centre Lauterpacht pour le droit international de l’Université de Cambridge (R.U.) 2009-2010. En 2020, il fut nommé membre du comité consultatif international du Centre de géopolitique de l’Université de Cambridge.

Il a été Président de la branche norvégienne de la International Law Association (2002-2014) et membre du conseil éditorial de la Nordic Journal of International Law.

L’ambassadeur FIFE parle couramment plusieurs langues et s’intéresse particulièrement à l’approche comparative des différents systèmes de droit, et à l’importance de l’interaction entre les différentes cultures juridiques et le droit international, dans le développement tant de la pratique que de la doctrine. En outre, il a développé un intérêt soutenu pour l’interaction entre le droit international et son contexte politique, économique et technologique et les développements liés à ces derniers, surtout dans le contexte de défis majeurs, tels que ceux liés au dérèglement climatique, aux transformations numériques et à la crise du Covid-19.