Changement climatique et environnement

Les changements climatiques et les multiples dégradations que subit l’environnement font partie des défis majeurs et les plus spectaculaires auxquels la planète se trouve aujourd’hui confrontée. De nombreux pays font d’ores et déjà l’expérience de l’évolution du climat. En Norvège, ses effets sont particulièrement sensibles dans les zones les plus septentrionales du pays.
Photo: Bjørnulf Remme/Norad

Dans le monde, les conditions météorologiques extrêmes se font plus fréquentes, le niveau de la mer monte, les occurrences de sécheresse et d’inondations augmentent. La pollution atmosphérique à elle seule est responsable de 7 millions de décès par an. Le changement climatique et la dégradation environnementale induisent à leur tour des détériorations des écosystèmes, lesquelles, au plan humain, impactent le développement économique, la santé et la production alimentaire. Les changements climatiques font empirer les catastrophes humanitaires, contribuent à des conflits et rendent certaines zones géographiques inhabitables. Il est indispensable que tous les pays se joignent à l’effort de prévention engagé en vue éviter que d’autres destructions ne viennent aggraver cette évolution. La prévention épargne des vies, des richesses, et réduit les besoins en termes d’interventions humanitaires lorsque les crises surviennent.

Les forêts humides constituent l’un des plus importants réservoirs de carbone, nourrissent des millions d’êtres humains et recèlent plus de la moitié des espèces végétales et animales répertoriées. Dans le cadre de son aide au développement, la Norvège consacre des moyens importants au travail mené à l’échelle internationale pour freiner la déforestation et réduire les rejets qu’elle entraîne.

L’Accord de Paris adopté à l’issue de la COP 21, est entré en vigueur en novembre 2016. Il s’agit du premier accord international qui impose à l’ensemble des nations du monde de se fixer des objectifs plus ambitieux en termes de préservation du climat, et de réduire leurs émissions atmosphériques. La Norvège a fait partie des pays les plus prompts à ratifier ce texte. L’Accord de Paris permet d’espérer que le monde sache se rassembler pour empêcher des changements climatiques éminemment dangereux.

La norvège œuvre aux objectifs suivants

  • Réduire les rejets de gaz à effet de serre, afin de contenir l’augmentation de la température mondiale au-dessous de 2 °C, en se fixant pour but une limitation à 1,5 °C ;
  • Fournir aux pays vulnérables les moyens de s’adapter aux changements climatiques ;
  • Prévenir les conséquences des catastrophes climatiques et naturelles ;
  • Empêcher la déforestation, et ce faisant réduire le volume des gaz à effet de serre rejetés ;
  • Travailler pour le développement économique et la sécurité alimentaire.
Akasietre@2x.png

Le programme de protection des forêts REDD+

Depuis 2007, la Norvège a alloué jusqu’à trois milliards de couronnes par an, en sus de son budget d’aide au développement, au travail mené à l’échelle internationale pour lutter contre la déforestation et réduire les rejets atmosphériques qui en découlent, le programme REDD+.

Penger@2x.png

La réforme des subventions aux combustibles fossiles

La Norvège fait partie du groupe de pays baptisé «Amis de la réforme des subventions aux combustibles fossiles». Il est important de réduire ces subventions pour parvenir à une meilleure qualité de l’air et libérer des fonds publics pour des mesures d’aide au développement.

La norvège agit

  • Elle souscrit à l’Accord de Paris, aux Objectifs de Développement durable et au Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes, textes qui ont tous été négociés par les États membres de l’ONU.
  • Elle prévoit de réduire de 40 % ses propres émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 ;
  • Elle soutient financièrement des mesures de préservation du climat par le biais du Fonds vert pour le Climat (FVC), du Fonds pour l’Environnement mondial (FEM), de la Banque mondiale et d’autres partenaires et instances financières multilatérales ;
  • Elle s’efforce de stimuler l’action internationale en faveur de la santé et de la préservation du climat ;
  • Elle œuvre à la suppression des subventions allouées aux combustibles fossiles ;
  • Elle encourage l’urbanisme durable et l’utilisation des énergies renouvelables, qui entraînent dans leur sillage la croissance verte et une évolution écologique de la société ;
  • Elle contribue à la gestion durable des ressources marines.
vindmolle@2x.png

L’importance des énergies renouvelables

Le secteur énergétique est responsable à plus de 60 % des rejets de gaz à effet de serre. Il est par conséquent capital au regard du développement durable de disposer d’énergies renouvelables.

skip@2x.png

Le navire d’exploration F/F «Dr. Fridtjof Nansen»

Des chercheurs norvégiens ont découvert que les fonds marins de la planète recelaient quelque 5 milliards de morceaux de plastique. Les poissons qui ingèrent du plastique sont victimes d’intoxications hépatiques et de pathologies métaboliques.