Une spécialiste de Kant et de la philosophie des droits de l’homme reçoit le Prix Holberg

unspecified.jpg
Onora O’Neil. Photo : Martin Dijkstra

Le Prix Holberg 2017 a été décerné le 16 mars à la professeure britannique Onora O’Neill, de l’Université de Cambridge, pour ses travaux remarquables et déterminants en philosophie, éclairant, depuis cinquante ans, des questions sociales et des dilemmes éthiques de grande importance.

Le Prix Holberg est un prix de recherche international d’un montant de NOK 4 500 000, soit l’équivalent d’environ 500 000 EUR. Il couvre les domaines des lettres et sciences humaines, des sciences sociales et juridiques et de la théologie. Il a été institué par le parlement norvégien en 2003, et les lauréats doivent avoir influé d’une manière décisive sur la recherche internationale dans une ou plusieurs des disciplines couvertes par le prix.

La professeure Onora O’Neil reçoit le prix notamment pour ses contributions exceptionnelles à la philosophie morale et politique. Elle a révolutionné la compréhension de Kant et influencé plusieurs générations de chercheurs, de politiciens et de praticiens, par exemple dans les domaines des droits de l’homme et de la bioéthique. Elle a également contribué à la prise de conscience par les autorités publiques de leurs responsabilités et de l’importance de la confiance. Le prix lui sera remis lors d’une cérémonie dans l’Aula de l’Université de Bergen le 8 juin.

Dans le prolongement de ses recherches qui ont fait date, la professeure O’Neill s’est également distinguée par son grand engagement social. Elle est politiquement active comme membre indépendant de la Chambre haute du parlement britannique. Elle a été présidente de la British Academy et directrice du Newnham College, de l’Université de Cambridge. Onora O’Neill est aussi membre de l’Académie norvégienne des Sciences et Lettres. Anoblie en 1999, elle porte depuis le titre de Baronness O’Neill of Bengarve (Baronne de Bengarve).

La professeure O’Neill formule ainsi la question centrale de ses premières recherches sur Kant : « Quelles relations la raison entretient-elle avec  l’action ? »  « Voilà qui semble toujours être l’éléphant dans la pièce trop souvent ignoré ou mis à l’écart dans les travaux sur l’éthique et la philosophie politique », dit-elle. 

 

Confiance et justice globale

Les recherches capitales de la professeure O’Neill sur Kant ont, entre autres, abouti aux ouvrages intitulés Acting on Principle (1975) et Constructions of Reason (1989), dont l’une des idées centrales est la raison publique : comment arriver à justifier des points de vue par des arguments acceptables pour tous, au-delà de leurs milieux sociaux et de leurs formations ?  Onora O’Neill a lié cette question à d’autres de la même envergure concernant les défis de la société actuelle : la question par exemple, de la confiance et des responsabilités des autorités publiques, et celle du droit international. Dans des livres tels que Faces of Hunger (1986) et The Bounds of Justice (2000), elle examine les causes structurales de l’oppression, et dans Justice across Boundaries: Whose Obligations? (2016), elle discute des droits de l’homme et des responsabilités qui incombent aux états et aux autres acteurs dans la perspective d’instaurer une justice globale.

Un guide important

 « Onora O’Neill a un don particulier pour traiter des problématiques morales avec une conviction psychologique et une légitimité institutionnelle qui font d’elle un guide d’autorité face aux questions éthiques les plus compliquées », déclare le président du Comité scientifique du Prix Holberg, Pratap Bhanu Mehta. « Non seulement elle nous a donné une nouvelle compréhension de Kant, mais encore exercé la discipline de la philosophie d’une manière nouvelle accommodée aux demandes morales complexes de notre monde actuel et faisant preuve d’une prévenance profonde pour l’humanité. »

Le Prix Nils Klim remis à une professeure norvégiennne d’économie

Le nom de la Lauréate du Prix Nils Klim a aussi été annoncé aujourd’hui.  Ce prix est cette année décerné à la professeure norvégienne d’économie Katrine Vellesen Løken, de l’Université de Bergen, pour ses recherches sur les sociétés nordiques de bien-être. Titularisée à l’âge de 31 ans seulement, Katrine Vellesen Løken a été le plus jeune professeur norvégien d’économie sociale. Ayant publié dans des revues de recherche internationales de premier plan, elle a approfondi des questions susceptibles de changer la perspective centrale dans son champ de recherche en économie. Le Prix Nils Klim, d’un montant de NOK 300 000, soit l’équivalent d’environ 33 300 EUR, est chaque année remis à un chercheur nordique de moins de 35 ans qui s’est distingué en sciences sociales, en lettres ou sciences humaines, en sciences juridiques ou en théologie.

Des photos de presse, les biographies des lauréats, les déclarations des comités scientifiques et des informations sur les prix seront accessibles sur : www.holbergprisen.no/en/press

Contact : Ole Sandmo, conseiller du service communication Tél. : +47 98 00 18 78 ole.sandmo@holbergprisen.no