Action contre les armes chimiques syriennes

Communiqué de presse de la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine ERIKSEN SØREIDE, le 14 avril 2018.

- Le monde a fait front uni dans la condamnation des armes chimiques depuis les atrocités de la Première Guerre mondiale. L’action menée cette nuit par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis en Syrie est un signal clair que le recours à ce genre d’armes ne reste pas sans conséquences. Du côté norvégien nous comprenons les raisons de l’action menée cette nuit. Tout emploi d’armes chimiques est interdit, a déclaré la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine ERIKSEN SØREIDE.

La France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont cette nuit mené une action ciblée visant des installations en Syrie. Les frappes étaient dirigées contre des sites associés à la capacité du régime syrien en matière d’armes chimiques - l'objectif de l'action étant d'empêcher la production, la prolifération et l'utilisation d’armes chimiques. Les trois pays déclarent que le contexte de l'action est l’utilisation répétée du régime syrien d’armes chimiques contre sa propre population, dernièrement à Douma le 7 avril.

 - L'action doit également être perçue à la lumière de la résolution du Conseil de sécurité de l’ ONU en 2013 exigeant de la Syrie le démantèlement total de son programme d'armes chimiques. L'utilisation répétée d'armes chimiques par le régime contre sa propre population est en violation directe des obligations imposées par le Conseil de sécurité. Le Conseil de sécurité a souligné à plusieurs reprises que l'utilisation d'armes chimiques en Syrie constituait une menace contre la paix et la sécurité internationales et que les auteurs devaient être tenus responsables, a poursuivi la ministre norvégienne des Affaires étrangères.

 - Il est profondément regrettable que le Conseil de sécurité de l'ONU soit dans l’incapacité de pouvoir agir dans la question des armes chimiques en Syrie. La Russie a de nouveau mis son veto à un projet de résolution prévoyant de créer un mécanisme d'enquête indépendant, a déclaré la ministre norvégienne des Affaires étrangères ERIKSEN SØREIDE.

 - Malgré les frappes de cette nuit, il est important que l’équipe d’experts de l'Organisation pour l’interdictions des armes chimiques (OIAC) - qui s’est rendue en Syrie – soit à même de réaliser une enquête indépendante et transparente, a souligné ERIKSEN SØREIDE.

 - Je souhaiterais donner mon plus profond soutien à la demande du Secrétaire général de l'ONU à tous les Etats membres de s'abstenir de mener des actions qui contribueraient à aggraver la situation ou à aggraver les souffrances du peuple syrien, a déclaré la ministre norvégienne des Affaires étrangères.