Le Prix Nobel de la Paix

untitled.png
Wanghari Maathai receiving the Nobel Peace Prize for 2004. Pierre de Brisis / MFA Norway

C'est à un magnat de l'industrie suédoise, Alfred Nobel (1833-1896), inventeur de la dynamite, que l'on doit le prix Nobel de la Paix. Au moment de mourir, l'industriel se trouvait à la tête d'un empire d'une centaine d'usines et possédait l'une des plus grandes fortunes au monde. Célibataire et sans enfant, il rédigea un testament demandant que ses usines soient vendues et que le produit de la vente serve à la création d'un fonds. Selon sa volonté, les intérêts que produirait ce fonds seraient distribués, tous les ans "à ceux qui, durant l'année précédente" auraient "apporté à l'humanité les plus grands bienfaits". Les Prix Nobel de littérature, de physique, de chimie et de médecine devaient être décernés par des institutions suédoises, tandis que l'honneur de désigner les lauréats du cinquième prix, le Prix Nobel de la Paix, devait revenir à un comité indépendant nommé par l'assemblée nationale norvégienne, le Storting.

Plusieurs raisons expliquent ce choix de la Norvège. A l'époque de la rédaction du testament, la Norvège était encore liée au sein de l'union avec la Suède, et le Storting avait déjà montré, au travers de mesures politiques concrètes, la modernité de ses idées à propos de la paix, soutenant par exemple les principes du désarmement et de l'arbitrage pour éviter l'escalade des conflits et leur transformation en hostilités déclarées.

Le Storting accepta les termes du testament et la machine se mit rapidement en branle. Les cinq premiers membres du Comité Nobel pour la Paix furent nommés en 1897, et dès 1901, il choisit pour premiers lauréats le fondateur de la Croix Rouge, le Suisse Henri Dunant et un Français reconnu pour son engagement en faveur de la paix, Frédéric Passy.

L'organisation des activités liées au Prix Nobel norvégien Le Storting nomme les cinq membres du Comité Nobel norvégien, celui-ci agissant, à partir du moment de sa nomination, comme une entité totalement autonome. Les personnes choisies pour cette tâche prestigieuse sont en général d'anciens parlementaires, ou des hommes et des femmes qui, d'une manière ou d'une autre, ont joué un rôle important au sein de la société.

L'Institut Nobel norvégien a été fondé en 1904. Le directeur de l'Institut assume également les fonctions de secrétaire du Comité Nobel. La mission principale de cet Institut consiste à fournir au Comité des informations concernant les candidats proposés pour le prix, de façon à ce qu'il puisse opérer son choix dans les meilleures conditions possibles.

La date limite de présentation des candidatures est fixée, tous les ans, au 1er février. Seules des catégories de personnes bien définies sont habilitées à émettre des propositions. Immédiatement après la clôture de ce processus, le Comité Nobel s'entend avec son secrétaire pour établir une brève liste de candidats éligibles. Les conseillers du Comité et d'autres experts rédigent ensuite des rapports détaillés sur chacun des candidats retenus. Ces rapports constituent la base sur laquelle s'appuient les délibérations ultérieures du Comité.

Le Comité Nobel annonce le nom du lauréat à la mi-octobre. Le prix Nobel de la Paix peut être décerné à des personnes, à titre individuel, ou à des organisations. Le Prix peut aussi être partagé entre trois candidats au maximum, à condition qu'ils aient oeuvré pour la même cause. La cérémonie de remise officielle du Prix se déroule à l'Hôtel de Ville d'Oslo, le 10 décembre, jour anniversaire de la mort d'Alfred Nobel. Le lauréat se voit remettre une médaille en or, un diplôme et une somme d'argent substantielle, qui, en 2004, se monte à 10 millions de couronnes suédoises. L'impact du Prix Nobel de la Paix Malgré la concurrence que lui font plusieurs centaines de récompenses similaires, le Prix Nobel de la Paix conserve une aura qui lui est propre. D'après le Oxford Dictionary of Contemporary World History, il s'agit du “prix le plus prestigieux qui soit décerné, dans le monde, pour les actions en faveur de la préservation de la paix.”

Cette position qui revient au Prix Nobel s'explique par plusieurs facteurs. Le prix est ancré dans une longue tradition et se traduit, pour les bénéficiaires, par l'attribution d'une somme d'argent conséquente. Il fait en outre partie de la famille des autres Prix Nobel dont le prestige historique n'est plus à faire, à l'échelle internationale. Les décisions du Comité Nobel norvégien sont le reflet des valeurs démocratiques occidentales, et très peu d'entre elles ont eu un impact négatif sur le renom international du Prix. En outre, le Comité attribue au concept de paix une signification large, interprétant avec une certaine souplesse le testament d'Alfred Nobel. Au cours des dernières décennies, il s'est montré de plus en plus attentif au caractère réellement planétaire que doit revêtir le Prix, et s'est efforcé de réunir les parties opposées au sein de conflits, par exemple celui du Proche Orient ou d'Irlande du Nord, dans le souci de promouvoir les processus de paix.