Changes in travel advice and border controls due to the corona virus

- Information in Norwegian

- Information in English

La Norvège annonce des objectifs ambitieux et renforcés afin de combattre le changement climatique

Le gouvernement norvégien annonce une réduction ambitieuse 50 à 55 % d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 dans le cadre de l’Accord de Paris. La Norvège est une des premières Parties à présenter ses Contributions déterminées au niveau national renforcées en 2020.

2015 est la date historique lors de laquelle 196 Parties se sont rassemblées dans le cadre de l’Accord de Paris afin de modifier la trajectoire de développement pour mettre la planète sur la voie du développement durable. Suite à l’Accord, la Norvège a présenté son projet de contribution nationale pour réduire les émissions d’au moins 40 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Or, dès 2020, les Parties devaient annoncer des objectifs encore plus ambitieux. Le gouvernement norvégien a ainsi annonce qu’il va augmenter son objectif avec une réduction d’émissions de 50 à 55 % plutôt que 40%.  

« La Norvège est ainsi le premier pays occidental ayant annoncé un renforcement de ses objectifs climatiques à l’ONU. La décision constitue un pas important vers la réalisation d’une transition écologique en Norvège », déclare le ministre norvégien du Climat et l’Environnement, Sveinung Rotevatn.

L’Accord de Paris rassemble les nations autour d’une cause commune : entreprendre des efforts ambitieux afin de combattre le changement climatique. L’objectif central est d’intensifier la réponse planétaire à la menace du changement climatique, en maintenant l’augmentation de la température mondiale à un niveau bien inférieur à 2 degrés. Il s’agit également de poursuivre les efforts pour limiter encore davantage l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius. Les Parties ont convenu de travailler afin de rendre les flux financiers compatibles avec un profil d’évolution vers un développement à faible émission de gaz à effet de serre.

L’Accord de Paris exige de toutes les Parties qu’elles présentent des Contributions déterminées au niveau national (CDN), avec une obligation de rendre compte régulièrement de leurs émissions et de leurs efforts de mise en œuvre. Un bilan mondial est dressé tous les cinq ans pour évaluer les progrès collectifs vers la réalisation de l’objectif de l’Accord, et pour informer des actions individuelles à entreprendre. Les Parties doivent également prendre des mesures internes pour l’atténuation en vue de réaliser les objectifs et ces contributions.

Les Parties doivent annoncer leurs objectifs climatiques au cours de l’année 2020, avant la nouvelle conférence des Parties (COP 26) qui aura lieu à Glasgow en novembre.

« La Norvège va jouer un rôle moteur pour parvenir à la réduction d’émissions aux niveaux national et international, en collaboration étroite avec l’Union Européenne. Par des efforts renforcés, nous allons réduire nos émissions substantiellement dans le temps à venir. Il faut rendre les choix écologiques plus accessibles, et, d’autre part, orienter vers une transition écologique pour le monde de l’entreprise », ajoute le ministre norvégien des Finances, Jan Tore Sanner. 

La Norvège va travailler à réduire ses émissions en collaboration avec l’Union Européenne (UE) dans le cadre de l’accord de coopération négocié entre l'Union européenne, l'Islande et la Norvège en 2019. Dans cet accord les trois parties s’engagent, à une réduction d’émissions d’au moins 40 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Par le Pacte Vert européen (« New Green Deal »), la Commission européenne a déjà annoncé une intention d’intensification de 50 à 55 % pour atteindre les objectifs climatiques. La réalisation de ces objectifs et la distribution des quotas entre secteurs restent à ce jour à clarifier.

Dans le cas où l’UE ne renforcerait pas ses objectifs climatiques comme prévu au même niveau queceux de la Norvège, la marge supplémentaire des objectifs norvégiens sera conditionnée par la collaboration autour des réductions d’émissions avec d’autres Parties, selon les règles établies par l’Accord de Paris.

« Le changement climatique représente l’un des plus grands défis de notre temps. Par l’esprit d’initiative et l’intensification des objectifs climatiques, la Norvège va pouvoir tracer une voie pour d’autres pays », déclare le ministre norvégien de l’Enfance et de la Famille, Kjell Ingolf Ropstad.

Pour plus d’informations sur l’annonce du 7 février 2020 concernant les objectifs climatiques de la Norvège, voir : https://www4.unfccc.int/sites/NDCStaging/pages/Party.aspx?party=NOR