La Norvège affecte 2 milliards de couronnes au Partenariat mondial pour l’Éducation

« La Norvège fait partie des plus importants contributeurs au Partenariat mondial pour l’Éducation. Nous exhortons les autres donateurs à augmenter leur soutien financier. Nous devons poursuivre notre effort commun pour assurer à tous les enfants et adolescents le droit à l’école, et notamment aux filles qui en sont privées, » a déclaré M. Nikolai Astrup, Ministre du Développement.

Le ministre participe aujourd’hui à la conférence de financement du Partenariat mondial pour l’Éducation (GPE), qui se tient à Dakar, au Sénégal, et qui est co-présidée par les Présidents sénégalais et français. Il doit y   annoncer la somme de 2,07 milliards de couronnes allouée par la Norvège pour   la nouvelle période de trois ans 2018-2020, soit une augmentation de 600   millions par rapport à la période précédente (2015-2017). La Norvège apportera ainsi   sa pierre à la formation de 1 700 000 nouveaux enseignants, pour   permettre à 19 millions d’enfants supplémentaires d’être scolarisés jusqu’au   terme du niveau élémentaire.

« L’éducation   est un levier déterminant lorsqu’il s’agit de lutter contre la pauvreté et   d’œuvrer au développement d’une société. 264 millions d’enfants et   adolescents n’ont à l’heure actuelle aucune fréquentation scolaire. En outre,   dans de nombreux endroits du monde, la mauvaise qualité de l’enseignement   dispensé ne permet même pas aux élèves d’acquérir les compétences de base en   matière de lecture et de calcul. Cet état de fait est lourd de conséquences   non seulement sociales et économiques, mais aussi au regard de la politique   de sécurité pour les pays en question comme pour le reste de la communauté   internationale », a ajouté M. Astrup.

Le   GPE met en relation les donateurs, les pays partenaires, des organisations   multilatérales, la société civile, le secteur privé et diverses fondations.   Le but principal de ce partenariat est de soutenir les projets éducatifs   élaborés par les pays concernés eux-mêmes, en particulier dans le domaine de   l’enseignement primaire.

La période précédente a vu la Norvège se placer au rang   de troisième contributeur, et l’aide fournie a donné de bons résultats :   en 2015, le nombre d’enfants scolarisés en primaire dans les pays partenaires   avait augmenté de 72 millions par rapport à 2002. Entre autres exemples, le   Niger a utilisé des moyens du GPE pour améliorer la performance éducative, en   introduisant un enseignement de la langue maternelle des élèves, en mettant   au point de nouveaux programmes, en travaillant sur l’environnement scolaire   et en recrutant des enseignants formés. Suite à ces réformes, 78 % des   enfants sont désormais scolarisés, contre 51 % il y a encore quelques   années.

« En maintenant son soutien au GPE, la Norvège   compte notamment mettre l’accent sur l’éducation des filles, sur l’inclusion   des enfants handicapés, sur la formation des maîtres et les échanges de   personnels enseignants, ainsi que sur la manière dont les différents pays   pourront rendre plus efficace leur effort éducatif, » a précisé M.   Astrup.

La Norvège endosse un rôle de leader dans l’action   internationale en matière d’éducation. Pour en savoir plus, voir ici.

Communiqué de presse du Ministère des Affaires étrangères daté du 2 février 2018