Changes in travel advice and border controls due to the corona virus

- Information in Norwegian

- Information in English

Communiqué de presse, 23 janvier 2020 / La Norvège signe un accord sur le financement du Fonds vert pour le climat

La Norvège a signé un accord pour fournir 3,2 milliards NOK (+ 314 millions €) de financement au Fonds vert pour le climat (Green Climate Fund, GCF). Le gouvernement norvégien double sa contribution annuelle de la Norvège au Fonds, ce qui en fait le plus important accord de financement que la Norvège ait jamais signé avec une organisation multilatérale sur le climat.

« Le changement climatique est la question la plus importante de notre temps. Nous devons réduire les émissions, et rapidement. En outre, nous devons veiller à ce que les pays s’adaptent aux effets du changement climatique qui a déjà lieu, et nous devons limiter les conséquences dévastatrices des catastrophes naturelles liées au climat. Nous ne devons pas fermer les yeux sur le fait que le changement climatique détruit déjà les récoltes et force des millions de personnes à quitter leurs foyers », déclare le ministre du Développement international Dag-Inge Ulstein.

La Norvège entend jouer un rôle moteur dans les efforts internationaux en matière de changement climatique. Le Gouvernement a choisi de faire du Fonds vert pour le climat le principal canal de financement norvégien pour les efforts liés au climat dans les pays en développement dans les années à venir.

« Le Fonds vert pour le climat a donné de bons résultats dans les pays en développement. C’est la raison pour laquelle nous augmentons maintenant notre soutien au Fonds, passant de 400 millions (+ 39 millions €) à 800 millions NOK par an (+ 79 millions €) », poursuit M. Ulstein.

Le Fonds vert pour le climat a été créé par les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (United Nations Framework Convention on Climate Change, UNFCCC) en 2010. L'objectif du Fonds est de promouvoir un développement à faibles émissions et résilient du point de vue climatique, en fournissant des fonds pour soutenir les efforts d'atténuation et d'adaptation dans les pays en voie de développement.

« Le Fonds vert pour le climat joue un rôle clé dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris, et pour garantir notre réussite pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour protéger l’environnement. C'est la raison pour laquelle il est important pour nous de doubler notre contribution annuelle au Fonds. Ce financement servira à soutenir des projets visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à promouvoir l'adaptation au changement climatique dans les pays en développement », ajoute le ministre du Climat et de l'Environnement, Ola Elvestuen.

Le directeur exécutif du Fonds vert pour le climat, Yannick Glemarec, s'est rendu à Oslo le 23 janvier pour signer l'accord sur la contribution norvégienne de 3,2 milliards NOK (+ 314 millions €) pour la période 2020-2023.

Le nouveau directeur général de l'Agence Norvégienne de Coopération pour le Développement (Norad), Bård Vegard Solhjell, a signé l'accord au nom de la Norvège.

« Le changement climatique entraîne des événements météorologiques extrêmes plus fréquents et plus intenses, une concurrence accrue à l’égard des ressources naturelles, une augmentation des déplacements, davantage de problèmes de santé, une croissance économique affaiblie et une plus grande inégalité. Et ce sont les groupes les plus vulnérables et les pays les moins développés qui sont les plus gravement touchés. Les efforts du Fonds vert pour le climat dans les pays en développement sont donc extrêmement importants », indique M. Solhjell.

La première reconstitution du Fonds vert pour le climat a eu lieu en 2019. Quelque 27 pays, y compris des pays en développement, ont annoncé des contributions pour un total d’environ 10 milliards USD (+ 9 milliards €) en nouveaux financements. Même sans contribution des États-Unis cette fois, il s'agit d'une augmentation par rapport à la période précédente.

« La Norvège est très satisfaite du processus de reconstitution, qui a fourni environ 10 milliards USD (+ 9 milliards €) pour l'action climatique dans les pays en développement. Il est probable que la Norvège ait joué un rôle important dans la réalisation de ce résultat en annonçant sa promesse à un stade précoce du processus », conclut M. Solhjell.

 

Faits et chiffres

  • Le Fonds vert pour le climat a soutenu 124 projets. Il a fourni un financement total de 5,6 milliards USD (+ 5 milliards €), ce qui en retour a engendré 20,6 milliards USD d'investissements (+ 19 milliards €).

 

  • On pense que les projets permettront d'éviter 1,6 milliard de tonnes d’équivalent CO2 d'émissions de gaz à effet de serre, et qu’ils donneront à quelque 348 millions de personnes une résilience accrue.

 

  • La Norvège a fourni un total de 2 080 milliards NOK (207 milliards €) au Fonds vert pour le climat au cours de la période 2015-2019 (400 millions NOK, soit plus de 39 millions € par an pendant cinq ans, plus une allocation supplémentaire de 80 millions NOK, soit près de 8 millions € pour les mesures liées aux forêts en 2017).

 

  • La première reconstitution du Fonds a eu lieu en 2019. Quelque 27 pays, y compris des pays en développement, ont annoncé des contributions pour un total d’environ 10 milliards USD (+ 9 milliards €) en nouveaux financements.

 

  • La contribution de la Norvège à la reconstitution du Fonds est de 3,6 milliards NOK (+ 358 millions €) pour la période 2019-2023. 400 millions de NOK (39 millions €) ont été versés en 2019 et, conformément au nouvel accord, 800 millions de NOK (79 millions €) par an seront versés au cours de la période 2020-2023.

 

  • Cela fait de la Norvège le sixième plus grand donateur du Fonds, et le troisième plus grand donateur par habitant. La Norvège a désormais un représentant au Conseil du Fonds, issu du ministère des Affaires étrangères, avec un membre suppléant, issu du ministère du Climat et de l'Environnement.