La politique de développement et l’action humanitaire

800 millions d’individus à travers le monde vivent dans une extrême pauvreté. 70 millions de personnes sont déplacées. La Norvège assume une responsabilité mondiale : aider les populations en détresse, contribuer au développement à long terme et promouvoir un monde plus juste.
Photo: Ken Opprann/Norad

Le monde a accompli des progrès importants dans de nombreux domaines. L’objectif du millénaire de diviser par deux d’ici 2015 la proportion de personnes à travers le monde qui vivent dans une extrême pauvreté a été atteint. Jamais autant d’individus n’ont eu des conditions de vie aussi bonnes. Jamais autant d’individus n’ont eu accès à l'école et aux services de santé. Cependant, l’écart entre ceux qui vivent dans la prospérité et ceux qui vivent dans la pauvreté ne cesse de s’élargir, et les personnes qui ont besoin de protection et d’aide humanitaire sont de plus en plus nombreuses. Les changements climatiques et les maladies contagieuses ne connaissent pas les frontières et les défis migratoires s’amplifient.

La politique de développement de la Norvège se fonde sur les objectifs mondiaux de développement durable convenus entre tous les pays membres de l’ONU en 2015. Les 17 objectifs de développement durable constituent un programme mondial pour parvenir à un développement durable, instaurer la paix et un monde plus juste d’ici 2030.

Dans la politique de développement, les cinq domaines suivants sont prioritaires:

  • Éducation
  • Santé
  • Climat, environnement et océans
  • Développement de l’entrepreneuriat, agriculture et énergies renouvelables
  • Aide humanitaire.

Les droits de l'homme, l’égalité entre les sexes, le climat et l’environnement ainsi que la lutte contre la corruption sont des préoccupations constantes dans la politique de développement de la Norvège.

Il faut une interaction entre aide humanitaire et coopération au développement à long terme. En concentrant les efforts sur les populations les plus vulnérables et en travaillant de manière préventive, les chances de réussir sont plus grandes. Une telle approche permet aussi de diminuer les futurs besoins humanitaires.

La politique de développement ne saurait se résumer à une assistance. Le commerce, les investissements, la coopération dans les domaines de la technologie, de la recherche et de la culture, ainsi que les efforts pour renforcer l’ordre juridique international sont tout aussi importants. Ils représentent donc des éléments nécessaires de l’action de la Norvège.

 

La Norvège œuvre pour la réalisation des objectifs suivants

  • éradiquer l’extrême pauvreté d’ici 2030 ;
  • assurer une bonne gouvernance et des droits humains pour tous d’ici 2030 ;
  • contribuer à une mise en œuvre des objectifs de développement durable basée sur le droit ;
  • sauver des vies, soulager les souffrances et préserver la dignité des individus lors des crises humanitaires ;
  • contribuer à un développement pérenne et permettre aux bénéficiaires d’une aide de ne plus en dépendre.
1@2x.png

Le soutien à l’entrepreneuriat

Au cours des dix prochaines années, un milliard de jeunes entreront sur le marché du travail. Dans les pays en développement, le secteur privé fournit 9 emplois sur 10. L’aide à l’entrepreneuriat est donc une composante importante de l’aide norvégienne, qui transite notamment par le fonds Norfund.

skolesekk@2x.png

L’éducation des enfants déplacés

59 millions d’enfants et 65 millions de jeunes n'ont pas la possibilité d’aller à l'école. Une part importante de l’action de la Norvège cible les enfants et les jeunes qui sont déplacés ou vivent dans des zones de conflit.

havPlast@2x.png

Les mers et la pollution marine

80 à 90 % des plastiques présents dans les mers et les océans sont d’origine terrestre. La Norvège a créé un fonds spécial en 2018, afin de contribuer à l’établissement de systèmes de gestion des déchets dans les pays en développement, renforcer les connaissances sur la pollution marine et permettre une réhabilitation des mers efficace.

La Norvège agit

  • Elle contribue à une bonne articulation entre l’action humanitaire et le développement à long terme.
  • Elle exploite l’aide pour encourager les investissements privés et la création d’emplois.
  • Elle renforce l’aide humanitaire et le travail de développement à long terme dans les régions vulnérables.
  • Elle contribue au renforcement des droits des jeunes filles et des femmes.
  • Elle mise sur l’éducation des filles, l’éducation en temps de crise et de conflit et un enseignement de qualité.
  • Elle est en tête de l’action visant à réduire la mortalité maternelle et infantile et à arrêter la diffusion du HIV et du SIDA, de la tuberculose, du paludisme et des autres maladies contagieuses.
  • Elle joue un rôle moteur pour définir des objectifs climatiques plus ambitieux en matière de réduction des émissions mondiales.
  • Elle investit dans les énergies renouvelables qui permettent de diminuer les émissions mondiales de gaz à effet de serre.
  • Elle consacre chaque année environ 1 % de son produit national brut au développement et à l’aide humanitaire.
Money

La lutte contre la fuite des capitaux et la corruption

La création de valeur au plan national, la fiscalité et la lutte contre la fuite des capitaux de même que les efforts pour combattre la corruption, sont bien plus importants pour le développement d’un pays que l’aide elle-même. Plusieurs analyses indiquent que le flux illicite de capitaux se chiffrerait à plus de 1 000 milliards de dollars par an. À titre de comparaison, l’aide au développement mondiale est évaluée à 140 milliards de dollars.

jente med bok 2@2x.png

La santé maternelle et infantile

La Norvège considère que la santé maternelle et infantile est liée aux efforts de scolarisation. Les filles qui sont scolarisées et qui suivent une formation se marient et ont des enfants plus tard. L'éducation des filles et des femmes est donc très importante pour réduire la mortalité maternelle et infantile.

verden@2x.png

Le transfert de connaissances

L’expertise norvégienne en matière de gestion des ressources naturelles et de fiscalité est de plus en plus recherchée par les pays en développement, et la Norvège est prête à partager davantage son savoir. Nous le faisons par l'intermédiaire des programmes « Pêche et développement », « Pétrole et développement » et « Fiscalité et développement ». Nous avons lancé en 2018 le programme « Numérisation et développement ».